Sport propre Apprendre plus
Retour aux actualités

Coup de projecteur sur une star de l'escrime : Mara Navarria (ITA)

Mara Navarria, médaillée d'or aux Championnats du monde d'escrime 2018 à Wuxi, Chine, est actuellement la meilleure épéiste de la planète. La tireuse italienne de 33 ans, qui vit à Rome, sert également dans l'armée italienne et a étudié les sciences du sport à l'Université de Rome. Elle nous a donné son point de vue personnel sur sa vie privée et sa carrière de tireuse.

FIE : Comment avez-vous découvert l'escrime ?

MN : J'ai commencé l'escrime à l'âge de 10 ans. Mon frère faisait de l'escrime et moi du canoë.

FIE : Par quoi ou par qui avez-vous été le plus influencée dans votre vie de tireuse ?

MN : Giovanna Trillini a été la première tireuse importante pour moi. Lors des premiers Jeux Olympiques que j'ai vus enfant, elle a battu une athlète chinoise, et je ne l'oublierai jamais. Aujourd'hui, je suis honorée de dire que je la considère comme une amie. Je lui demande des conseils et j'essaie de m'inspirer d'elle. À 18 ans, lors de ma première sélection dans l'équipe nationale italienne, je me suis inspirée d'Elisa Uga, Manuela Zalaffi et Cristina Cascioli. Mes Maîtres d'armes, Dario Codarin, Oleg Pouzanov et Roberto Cirillo, m'ont forgée. Aujourd'hui, avec Roberto, je me fais vraiment plaisir lorsque je tire. Je crée mon propre « show », même si mon entraîneur est perfectionniste et fait attention aux détails... et c'est là le beau côté de l'escrime.
FIE : Pouvez-vous nous citer quelques unes de vos meilleures expériences en escrime ?

MN : L'escrime me fait parcourir le monde et me permet de créer des amitiés avec des personnes de différentes cultures. J'essaie de visiter les endroits où ont lieu nos compétitions et de comprendre chacun d'eux. Par exemple, à chaque fois que je me rends à Budapest, une ville où je vais depuis 15 ans, j'essaie de trouver des expositions de photos ou d'autres types d'expositions à visiter. La Cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Londres a également été une expérience magnifique.
FIE : Quel est, pour vous, le meilleur résultat de votre carrière de tireuse ?

MN : Ma victoire en Coupe du monde à Tallin en 2017. Je me sentais libre et calme, et j'ai fait mon « show » d'un point de vue technique. J'étais difficile à comprendre pour mes adversaires... et j'ai vraiment apprécié la compétition ! Au bout de la piste, il y avait mon Maître d'armes, Roberto Cirillo, et j'ai senti à ce moment là qu'il y avait une connexion spéciale entre nous.

FIE : Parlez-nous de votre dernière saison - 2017/2018.

MN : Ça a été ma meilleure saison. Il y a eu au début la victoire à Tallin, et à la fin ma médaille d'or à Wuxi. Et entre les deux, une victoire en Grand Prix à Budapest et une médaille d'argent à Doha. Ce fut le résultat d'un travail planifié avec Roberto Cirillo ; ma préparatrice au niveau respiratoire, Rosarita Gagliardi ; mon préparateur physique, Andrea Lo Coco ; et mon préparateur mental, Alessandro Vergendo. Cette année j'ai joué toutes mes cartes.
FIE : Comment se sent-on lorsqu'on est championne du monde ?

MN : Être championne du monde me donne un sentiment de satisfaction, de fierté d'en être arrivée là, mais je suis consciente que l'on peut toujours s'améliorer. Je me tenais seule sur le podium de Wuxi, mais beaucoup de personnes étaient là avec moi : ma famille, mon fils Samuele, des amis et tous ceux qui m'ont aidée à m'améliorer et à m'entraîner. Je n'étais pas totalement consciente de ce que j'avais fait ; c'est en regardant les visages autour de moi que j'ai perçu l'importance du résultat obtenu. Un grand nombre de personnes et, surtout, de nombreux athlètes, m'ont interpellée pour me dire « tu l'as mérité ». Je me sentais comme une « maman fière ».

FIE : Outre la compétition, qu'avez-vous fait en lien avec l'escrime ?

MN : J'étudie pour devenir Maître d'armes. Je suis diplômée en sciences de la motricité [corporelle], avec une spécialisation en activité motrice préventive et adaptée. J'aimerais travailler avec des enfants. Il y a quatre ans, avec Paolo Pizzo, Luigi Samele, Enrico Berrè et Andrea Lo Coco, j'ai fondé le Fencing Lab, qui est un stage d'escrime d'été pour les enfants âgés de neuf à 17 ans.

FIE : Quels ont été vos plus grands défis en tant que tireuse de haut niveau ?

MN : Atteindre un aboutissement technique et m'améliorer dans l'exécution des éléments tactiques et techniques.

FIE : Quels sont aujourd'hui vos objectifs et vos rêves pour votre carrière de tireuse ?

MN : Remporter les Jeux Olympiques en individuel et par équipes.

FIE : Quel genre de musique écoutez-vous ? Quel est votre musicien/groupe/etc. favori ?

MN : Depeche Mode, Elisa, Meganoidi, Radiohead, Franz Ferdinand, Buena Vista Social Club, Deodato

FIE : Quelle est votre nourriture préférée ?

MN : Le risotto aux fruits de mer, préparé par mon mari Andrea

FIE : Quels sont vos films préférés ?

MN : Pretty Woman, Frida, Le diable s'habille en prada, The Big Lebowsky, Amelie

FIE : Selon vous, quelle est la plus grande star de l'escrime de tous les temps ?

MN : Je n'ai pas qu'un seul héros, pour chaque science il y a quelqu'un dont je m'inspire.

FIE : Avez-vous une devise ? Quelle est-elle ?

MN : Les rêves existent et se réalisent avec le cœur. Cette phrase signifie que le sacrifice, le dévouement, la passion et évidemment le talent vous amènent là où vous voulez aller. J'y ai cru et mes médailles aux Mondiaux et en Coupe du monde m'ont amenée à la maison !

02.11.2018